Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le massacre de la Saint Barthélemy

Le massacre de la Saint Barthélemy

Dans une conjoncture agricole morose, le fait marquant de la seconde moitié du 16e siècle reste les 7 guerres civiles successives qui déchirèrent presque toutes les provinces de France et qu’on nomme les « Guerres de religions ». A l’époque on parlait de « Troubles religieux ».

40 ans de guerres civiles qui ruinèrent la France pour longtemps et ne lui permirent pas de participer à cette fabuleuse aventure que fut la découverte du Nouveau Monde et des nouvelles routes commerciales permettant d'atteindre l'Asie sans passer en territoire musulman.

40 années d'une suite de guerres civiles entre Catholiques et Protestants entrecoupées de traités de paix vites contestés.

Les historiens ont l'habitude de dater cette période des "Guerres de religions" de 1559 à 1598 (Bien que l'introduction du protestantisme en France soit largement antérieure).

1559 correspond à la première réunion de l'Assemblée nationale des protestants de France (Aussi connu sous le vocable de 1er synode national protestant) qui s'est tenue à Paris, rue des marais saint Germain, du 25 au 29 mai 1559. Cette réunion structura le protestantisme français naissant, mais surtout, opta pour l'un des courants radicaux du protestantisme : le Calvinisme et son modèle de république théocratique instaurée à Genève et dirigée par Calvin lui-même (Lire l'article : La République de Genève de Calvin : une dictature religieuse et morale).

1598 correspond à la promulgation, en avril, de l'Edit de Nantes (Ou Edit de tolérance) qui officialisa la partition de la France entre enclaves protestantes et domaine royal. La Révocation de l'Edit de Nantes, le 18 octobre 1685, mettra fin à cette partition dans un climat qui n'était pas totalement apaisé... 87 ans après l'Edit de Nantes.

Avec cette succession de guerres civiles, la France fait exception en Europe (Avec les Pays bas espagnols, soit l'actuelle Belgique plus la Hollande).

Dans les pays du nord de l'Europe où le protestantisme était présent, les fidèles durent adopter la religion du Prince : Soit Catholique, soit Luthérien. Dans de rares cas, ils eurent la liberté de conscience dans une cohabitation apaisée comme dans le cas des Etats de Lorraine où l'on pouvait passer d'une religion à l'autre. Cela n'empêcha pas les guerres entre principautés !

Calvin avec son projet de République théocratique radical mis la main définitivement sur le protestantisme français en 1559 notamment en envoyant depuis Genève des prédicateurs ou en formant les futurs pasteurs français.

Une partie des "Grands" du Royaume convertis au protestantisme va alors bâtir un projet politico-religieux visant à mettre la main sur l'ensemble du Royaume de France afin de le transformer en royaume théocratique protestant sur le modèle de la République de Genève dirigée par Calvin (Lire l'article : Quand Jean Calvin persécutait ses opposants).

Dans de telles conditions, les efforts constants de Catherine de Médicis pour faire accepter la liberté de conscience partout dans le Royaume de France furent vains. Les Catholiques subissant les outrances du Calvinisme y seront hostiles. Le Parti Huguenot rejettera tous les Edits de tolérances... sauf le dernier (Qui sera moins favorable que le premier) !

L'Edit de Nantes, qui met fin à cette suite de guerres civiles, accordera la liberté de conscience aux protestants et un ensemble de places fortes, embryon de république théocratique. Dans certaines régions du Sud-Ouest et en Languedoc, la pression des huguenots sera telle que bon nombre de catholiques et de juifs finiront par émigrer. Ce sera une des sources du peuplement de l'Acadie (Au Canada) à partir de 1600. Ces réfugiés religieux ne savaient pas qu'ils seront chassés de leurs nouvelles terres par un autre intégrisme protestant venant d'Angleterre : le Puritanisme. Lire aussi l'article : Qu'est-ce qui poussa les paysans français à émigrer au Canada à partir de 1600

Le dossier N°4 que nous vous proposons raconte ce que fut le combat des adeptes de Calvin, organisé en parti politico-religieux radical (Le parti Huguenot) pour prendre le contrôle de la France et y instaurer une théocratie sur le modèle de la République de Genève. Comment la France ne put éviter de sombrer dans la première guerre civile alors que Catherine de Médicis joua l'apaisement et l'accommodation en accordant aux huguenots la liberté de conscience totale (Conditions très favorables qu'ils ne retrouveront plus jamais).

Malheureusement, l'Histoire officielle n'a retenu que la réaction violente des Catholiques exaspérés par les trois premières guerres civiles déclenchées par le Parti huguenot. Ce furent les massacres de la Saint Barthélemy (24 août 1572)... qui succédèrent aux massacres de la saint Michel voulus par les chefs protestants (30 septembre 1567).

Tag(s) : #Histoire des Guerres de religion

Partager cet article