Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Du socialisme à la collaboration : Alexandre De Monzie

Encore un socialiste qui mérite d’être inscrit sur le Mur des collabos !

Député de Cahors en 1909, il rejoindra le groupe des Républicains socialistes (Socialistes favorables à une participation à des gouvernements « Bourgeois » contrairement aux socialistes du Parti socialiste unifié). Il rentrera dans un gouvernement en 1913 pour la première fois comme sous-secrétaire d’état à la marine marchande d’un gouvernement de gauche. Il sera au total dix-huit fois ministre.

A la Chambre des députés, il s’illustre en 1922 pour la reconnaissance par la France de l’Union soviétique de Lénine. Fervent opposant des langues régionales et pour l’uniformisation de l’éducation des jeunes français, il déclarera, en tant que ministre de l’Instruction publique en 1925 lors de l’inauguration du pavillon de la Bretagne à l’Exposition internationales des arts décoratifs de Paris : « Pour l’unité linguistique de la France, le Breton doit disparaitre ».

Il sera le premier ministre de « L’éducation nationale » en 1932 (Et non plus de l’Instruction publique), nationalisant ainsi le rôle d’éducation jusque-là dévolus aux seuls parents.

Sous l’occupation nazie, Anatole de Monzie collabora à la rédaction de la « Revue de la pensée socialiste », Le Rouge et le bleu, dont le premier numéro date du 1er novembre 1941. Créée par le socialiste Charles Spinasse, cette revue était proche des idées de Marcel Déat en faveur d’un collaborationnisme socialiste et d’un fédéralisme européen sous domination de l’Allemagne nazie. La revue sera supprimée en août 1942 par l’occupant suite au désaccord entre son rédacteur en chef et Marcel Déat au sujet de la création d’un parti unique d’orientation nationale et socialiste.

Anatole de Monzie fut nommé, par le maréchal Pétain, président du Conservatoire National des Arts et Métiers en 1940 ; poste qu’il conservera jusqu’en 1944.

Durant toute l’occupation, il sera un ami intime d’Otto Abetz, ambassadeur du troisième Reich à Paris.

Pour ses actes de collaboration, il sera mis à l’index à l’automne 1945 par le Comité national des écrivains.

Tag(s) : #Le mur des Collabos
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :