Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Européïstes ont la mémoire courte : il existe une relation directe entre la tentative de construction européenne de 1926 qui conduisit la France dans la Collaboration politique en 1940 et la construction européenne des années 1950.

Voici deux citations :

« Si la France est disposée à collaborer avec l’« Europe continentale », c’est parce que la France a été envahie trois fois en un demi-siècle et qu’elle a trop souffert, à cette occasion, pour ne pas désirer ardemment une paix dans la justice. Notre nouveau régime, en France, donnera son appui sans réserve à une véritable organisation de l’Europe. C’est dans cet esprit de collaboration internationale avec tous les pays que la France se prépare à reconstruire son économie. »

« Entre l'Est et l'Ouest la guerre froide était engagée. L'Allemagne en était l'enjeu principal. Il fallait d'urgence éviter un affrontement dans lequel l'Europe serait une fois de plus emportée. Je ne voyais qu'un remède, nous lier sans retour avec l'Allemagne dans une entreprise solidaire à laquelle nos autres voisins se joindraient. Ainsi serait créé un grand espace européen de prospérité et de paix. »

La première citation est tirée d'une conférence de presse d'octobre 1940 faite par Paul Baudoin alors ministre des affaires étrangères dans le gouvernement Philippe Pétain.

Dans la grande lignée des idées d'Aristide Briand, prix Nobel de la paix 1926 avec l'allemand Gustav Stresemann (qui réarma l'Allemagne avec l'aide de l'URSS), la collaboration fut avant tout les premières bases d'une construction européenne qui devait être la garantie d'une paix durable dans une Europe harmonieuse à nouveau en paix.

De ce point de vue, Paul Baudoin, reprend l'esprit du mémorandum portant "sur l’organisation d’un régime d’Union fédérale européenne" - rédigé par les services du Quai d’Orsay d'Aristide Briand et publié le premier mai 1930 : "instituer un embryon d’organisation fédérale, cadre d’une future coopération européenne durable"

Les tenants de cette politique pacifiste, après avoir été les auteurs de cette honteuse défaite de 1940, asservirent la France aux intérêts de l'Allemagne.

Quant à la seconde citation, elle est tirée de "Bâtir l'Europe" de Jean Monnet, un des pères de l'Europe actuelle avec Aristide Briand et Robert Schuman et , ne l'oublions pas, un des artisans de la société des nations.

A lire aussi :

Tag(s) : #Histoire des idées

Partager cet article