Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Communisme et nazisme, les deux branches radicales du socialisme (Seconde partie)

L’histoire commune de deux branches radicales du socialisme : le national-socialisme allemand et le communisme russe est racontée, témoignages, images et documents d’archives à l’appui, par ​Edvins Snore dans son film "The Soviet Story". Ce film documentaire méconnu en France, et c’est bien dommage démolit deux mythes particulièrement bien ancrés dans notre pays. Le premier mythe nous fait croire que le communisme, contrairement au nazisme, part d’une bonne intention. Le deuxième mythe, c’est de s’imaginer que le socialisme internationaliste bolchevique et le socialisme ultranationaliste nazi n’ont absolument rien en commun, et que d’ailleurs le national-socialisme n’a de socialiste que le nom.

Second mythe : contrairement au nazisme, le communisme part de bonnes intentions

En édifiant des statues de Mao et de Lénine sur la place des "Grands hommes du XXe siècle", l'ancien président de la région Languedoc-Roussillon justifiait ses choix par la phrase suivant : "les idéologies représentées sur la place sont toutes des idéologies de libération et de conquête des droits malgré leurs parts d’ombre ".

La lutte des classes comme mode de gouvernement

Faux, répond le Letton Edvins Snore qui a connu le communisme au pouvoir. Le communisme c’est la guerre des classes, et la guerre des classes implique de liquider une partie de la population. Pour restructurer la société, il faut d’abord tuer non seulement les opposants, mais aussi les intellectuels, les meilleurs travailleurs, les ingénieurs, etc. Des groupes entiers de la société. C’est le genre d’ingénierie sociale qu’ont mis en œuvre Lénine et Staline, Mao et Pol Pot, pour ne citer que les plus sanguinaires. Cette ingénierie sociale forcée répond aussi à des critères ethniques lorsque des peuples sont considérés comme trop réactionnaires.

Karl Marx et Friedrich Engels prônaient eux-mêmes « l’extermination des Serbes et autres peuplades slaves, ainsi que des Basques, des Bretons et des Highlanders d’Écosse », tous des peuples trop peu évolués pour la révolution communiste et faisant ainsi obstacle à l’inéluctable « progrès » de l’humanité.

Le programme d'extermination des ukrainiens

En hiver 1932-33, pour écraser la résistance des Ukrainiens trop attachés à leur terre face à la collectivisation, toutes les réserves de nourriture et de grain ont été confisquées, les champs encerclés par le NKVD (le prédécesseur du KGB), avec interdiction de s’en approcher. Les trains aussi étaient étroitement surveillés pour empêcher les Ukrainiens affamés de partir. Les gens mouraient lentement de faim. Hommes, femmes, enfants, vieillards. Des unités spéciales du NKVD venaient chercher les corps. Les Ukrainiens affamés qui essayaient de cueillir de la nourriture dans les champs malgré l’interdiction étaient tués d’une balle dans la tête. Le grain pris aux Ukrainiens était exporté à l’Ouest par millions de tonnes. L’Ouest savait et commerçait malgré tout. Sept millions de personnes sont mortes de faim pendant l’hiver 1932-1933 en Ukraine et c’était à ce moment-là le programme d’extermination le plus efficace jamais vu dans l’histoire de l’Humanité.

La théorie meurtrière de l'Homme nouveau

L’objectif ultime du marxisme-léninisme, c’est la naissance de l’Homme nouveau. Il faut pour cela recréer la société dans laquelle l’Homme évolue et l’Union soviétique a été le premier champ d’expérimentation de cette théorie meurtrière.

La folie meurtrière du Communisme

Le documentaire The Soviet Story démarre sur des images de centaines de corps déterrés par les Allemands à Katyń, où au printemps 1940 les Bolcheviques avaient exécuté en masse quelque 25 000 membres de l’élite polonaise.

De la même manière, dans un dernier acte de complicité avec le régime nazi, Staline laissa froidement, pendant 2 mois et alors que ses troupes attendaient de l’autre côté de la Vistule, les Allemands écraser l’insurrection de Varsovie d’août-septembre 1944. Résultat : environ 200 000 Polonais tués dont 10 % seulement étaient des combattants. Bien peu de monde finalement par rapport au million de Polonais déportés en Sibérie dans la partie du pays occupée par les Soviétiques en 1939-41. Une bonne moitié ne sont jamais revenus.

Une liste impressionnante de critères de déportation

Les critères de déportation ? Le décret 0054 du NKVD du 28 novembre 1940 délivré à Vilnius par le Commissaire du Peuple de la République socialiste soviétique de Lituanie (une ville polonaise entre les deux guerres mondiales, capitale historique de la Lituanie) nous dévoile les catégories de gens à déporter : les membres de partis politiques, les personnes qui ont été exclues du parti communiste, les réfugiés, les étrangers, les personnes qui ont voyagé à l’étranger, les personnes qui font de l’esperanto (!), les philatélistes (!!), le personnel de la Croix Rouge, les personnes qui mènent une activité paroissiale, les membres du clergé, les membres actifs des communautés religieuses, les aristocrates, les propriétaires terriens, les commerçants aisés, les banquiers, les industriels, les restaurateurs et les hôteliers (1). Parmi les quelque trois millions de Polonais non juifs qui ont été tués pendant la deuxième guerre mondiale, la moitié environ l’ont été par l’occupant soviétique et l’autre moitié par l’occupant allemand. Bien évidemment, avec le génocide des Juifs polonais, les nazis ont fait nettement plus de morts en Pologne que les communistes, mais ces derniers les ont aidé dans ce domaine aussi.

A lire sur le même thème:

  Titre Communisme et nazisme, les deux branches radicales du socialisme (Première partie)
  Résumé

L’histoire commune de deux branches radicales du socialisme : le national-socialisme allemand et le communisme russe est racontée, témoignages, images et documents d’archives à l’appui, par ​Edvins Snore dans son film "The Soviet Story". Ce film documentaire...

  Lien http://histoirerevisitee.over-blog.com/2014/05/communisme-et-nazisme-les-deux-branches-radicales-du-socialisme-premiere-partie.html
     

 

 

  Titre "Pourquoi nous sommes socialiste" par Joseph Goebbels
  Résumé

"Nous sommes contre la bourgeoisie politique, et pour un authentique nationalisme ! Nous sommes contre le marxisme, mais pour un vrai socialisme ! Nous sommes pour le premier État national allemand de nature socialiste ! Nous sommes pour le Parti national-socialiste...

  Lien http://histoirerevisitee.over-blog.com/2014/05/pourquoi-nous-sommes-socialistes-par-joseph-goebbels.html
Tag(s) : #Totalitarisme du XXe siècle

Partager cet article